accueil themes methodologie processus lectures receptions

intervenants atubolo balandier boiley bosc carlier coquet garanger geary joly leduc lefebvre lombard malaquais oualdi perrot seignobos sohier tsikounas

quelques contact liens
titre.jpg

Méthodologie

Vendredi 19 mai 2006

Bâtir le pouvoir. Le politique par l’architecture

Dominique Malaquais, chargée de recherche au CNRS, CEMAf, Paris

Téléchargement Téléchargement PDF
malaquais002.jpg
malaquais002.jpg malaquais004.jpg malaquais008.jpg malaquais007.jpg malaquais003.jpg malaquais005.jpg malaquais010.jpg malaquais013.jpg malaquais001.jpg malaquais006.jpg malaquais011.jpg malaquais012.jpg malaquais009.jpg

La présentation de Dominique Malaquais aborde le problème de l’image et du pouvoir en Afrique sous un angle méthodologique dans un contexte particulier, celui de la recherche sur l’architecture.

Comment penser les sites du pouvoir, tels que palais, monument, stade, jardin ou paysage ? Ces sites peuvent être appréhendés comme des images, des portraits ou des autoportraits d’entités qui détiennent le pouvoir.

Or, les recherches en sciences humaines, en particulier en anthropologie et en histoire de l’art, ont montré l’importance d’étudier les rapports entre les objets et leurs spectateurs. Depuis la fin des années 1970, les études ont fait ressortir les multiples regards que peuvent porter les spectateurs sur l’image, perçue de moins en moins comme une chose simple. Dans les années 1990, la recherche a aussi mis l’accent sur les effets réciproques entre le spectateur et l’image.

Mais la recherche est moins poussée dans le domaine de l’architecture, ce qui pose problème.

Ce problème est l’objet d’une première partie, qui tend à esquisser un type d’approche plus en phase avec les recherches actuelles sur les images. La deuxième partie est consacrée à l’identification de certaines sources auquel ce type d’approche peut puiser et à l’origine de ces sources. Enfin, la dernière partie introduit un exemple concret pour suggérer comment dans ses propres recherches l’auteur pense les rapports entre un site, ici le domaine du chef dans la chefferie de Bandjoun dans l’ouest du Cameroun, les images du pouvoir qu’il véhicule et la réception de ces images.

Les différentes approches proposées ont des origines et des champs d’application variés, et le propos est illustré par des exemples divers, comme celui du château de Versailles, d’une plantation en Virginie, ou celui de la mosquée de Djenné. Ces exemples n’ont pas toujours pour origine l’Afrique afin de souligner importance du dialogue entre types de sources et d’approches.

----

bibliographie

"Burning Down the House: Space, Place and Resistance in the Bamileke Highlands, 1957-1971", In Ikem Okoye, ed. Contestations: New Positions on Architecture, Urbanism and Modern Recall, London, Ashgate, 2005.

"Quelle Liberté !   Art, Beauty and the Grammars of Resistance in Douala", In Beautiful Ugly. Dialogues from a Certain South, Sarah Nuttall and Cheryl-Ann Michael, eds, Amsterdam and Johannesburg, Prince Claus Fund, 2003.

Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun, Paris, Karthala, 2002.

"Voix et voies de femmes: architecture au féminin dans l’ouest Cameroun", Raisons politiques 4, 2001.

"Construire au nom de Dieu: architecture, résistance et foi chrétienne en pays bamiléké", Politique africaine , 76, 2000.

"You Are What You Build:   Architecture as Identity among the Bamileke of West Cameroon." In Traditional Dwellings and Settlements Review V, 2, 1994.


Le colloque le pouvoir en images, représenter la puissance politique en Afrique s'est tenu les 19 et 20 mai 2006 au centre Malher à Paris. Il a été organisé par : spacer.gif Camille Lefebvre, M'hamed Oualdi et Estelle Sohier, spacer.gif avec le soutien : menu-droite_09.jpg du CEMAf menu-droite_11.jpg de l'AUF menu-droite_13.jpg de l'école doctorale d'Histoire de Paris1 et du Bonus Qualité Recherche de Paris 1

Valid XHTML 1.0 Strict
Valid CSS!